One Week in Ontario #8: Le retour à l’équilibre et du Covid

Minnesota Timberwolves @ Toronto Raptors: 116-112

Interruption du road trip avec un retour à l’Amalie Arena pour la réception de la franchise au pire bilan de la Ligue : les Minnesota Timberwolves. Autant vous le dire tout de suite, Toronto n’a pas su tenir son rang. La défense n’a jamais été particulièrement au niveau et les Wolves ont pu profiter d’une très bonne adresse longue distance et de l’absence de danger porté par les Raptors durant des moments clés de la rencontre. En début de match, Aron Baynes et Pascal Siakam commettent des fautes bêtes et se mettent en difficulté tout seul. Les Wolves font la course en tête et Toronto garde difficilement la tête hors de l’eau jusqu’au troisième quart-temps. Puis le moment d’absence offensive traditionnelle des Raptors est passé par là et l’écart a grimpé bien vite à +12 un peu avant le quatrième quart. Toronto fait ce qu’il faut en fin de match pour recoller au score et s’offrir un money time à enjeu. Malheureusement, Pascal Siakam ne converti pas son shoot pour égaliser à quelques secondes du buzzer, et les Raptors s’inclinent de nouveau de très peu. Encore une défaite qui aurait pu (dû) être éviter. Elles s’accumulent cette saison.

Toronto Raptors @ Milwaukee Bucks: 124-113

Gros défi pour Toronto qui enregistre néanmoins le retour d’OG Anunoby pour cette double confrontation face aux Bucks. Dès le début, le small-ball mis en place par Nick Nurse avec Powell et OG titulaires avec Siakam au poste 5 pose dès problème à Milwaukee. La défense est en place et l’attaque fonctionne pour les titulaires qui scorent chacun à leur tour. Milwaukee réalise le premier run de la partie quand dans le second quart-temps, Pat Connaughton permet au sien d’infliger un 15-2 aux Raptors pour prendre dix points d’avance. Mais les hommes de Nick Nurse sortent du temps-mort avec une toute autre attitude et inflige un 19-5 aux Bucks pour recoller au score à la mi-temps (64-64). Après la pause Toronto repart sur de bonnes bases en inscrivant 10 points en moins de deux minutes. La mauvaise nouvelle vient de Kyle Lowry, qui sortira sur blessure après un choc en fin de première mi-temps. Toronto s’en remettent alors à Fred VanVleet qui va réaliser un très bon troisième quart-temps et permettre aux Raptors de compter une possession d’avance à douze minutes de la fin. On aurrait pu penser à ce moment précis que Toronto allait manquer de confiance pour valider ce bon match. Mais les Raptors aiment jouer avec nos certitudes. Chaque joueur a su prendre ses responsabilités des deux côtés du terrain pour soit sanctionner les ouvertures laissées par les Bucks, soit pour rendre chaque possession de Milwaukee aussi difficile que possible. C’est comme ça que Toronto conserve son tout petit matelas d’avance durant tout le quart-temps et ne lâche pas une victoire surprenante certes, mais méritée.

Toronto Raptors @ Milwaukee Bucks: 110-96

On prend les mêmes et on recommence. Enfin presque. Kyle Lowry absent pour une blessure au pouce, c’est Deandre’ Bembry qui prend sa place dans le cinq de départ. Si Milwaukee démarre bien la rencontre avec notamment une belle adresse à trois points, les Raptors tiennent le rythme et terminent parfaitement bien le quart-temps pour prendre le lead. Après avoir créé l’écart, Toronto maintient la pression défensive et l’avance grandit petit à petit pour atteindre les 20 points avant la mi-temps. Milwaukee, maintenu à 41 points à la pause, ne parvient pas à faire la même chose. Toronto trouve l’adresse et les shoots dans la peinture. Les Bucks se rapprochent quelques peu dans le troisième quart-temps grâce notamment à un run de 20-10. Mais quelques big plays permettent tout de même aux Raptors d’être encore en tête par +13 avant les douze dernières minutes. Toronto valide sa victoire en restant serein dans le dernier quart-temps. L’avance de descend jamais sous les dix points et on sent une belle confiance qui fait du bien.

Toronto Raptors @ Minnesota Timberwolves : 86-81

Toronto doit corriger son erreur du « match aller » perdu de façon pitoyable. Nick Nurse compose avec les absences de Kyle Lowry et d’OG Anunoby et nous sort un cinq inédit composé de Fred VanVleet, Deandre’ Bembry, Norman Powell, Pascal Siakam et Chris Boucher qui célébrait sa première titularisation en NBA. Les Raptors veulent montrer leurs intentions d’entrée de jeu. La fin du premier quart-temps se termine sur un run de 17-6 et les Raptors comptent rapidement entre dix et quinze points d’avance. Bien aidé par un Norman Powell impressionnant, Toronto gère son avance et rentre aux vestiaires avec le match en main. Malheureusement, cela ne dure pas. Incapables de scorer pendant plus de huit minutes dans le troisième quart-temps, les Raptors encaissent un 23-1 et se retrouvent menés pas les Wolves avant les douze dernières minutes. On sent de la fatigue (troisième back-to-back en quinze jours) et de la frustration chez les joueurs. Mais dans le money time, Toronto sait faire les stops nécessaires et recoller avec des transitions rapides et un run de 11-0. Terrence Davis inscrit trois 3 points décisifs dans le dernier quarts et les Raptors s’imposent dans la difficulté.

Philadelphie 76ers @ Toronto Raptors : 103-110

La soirée démarre par une belle feinte de Nick Nurse. Avant la rencontre, il déclarait aux journalistes qu’il lui semblait impossible de démarrer avec un cinq small ball face à Joêl Embiid. Il était donc logique de voir OG Anunoby face à ce même Embiid à l’entre-deux alors que Siakam occupait le poste 5 des Raptors. Bon par contre Philly en profite en début de rencontre pour passer un 11-2 à Toronto. Du coup, Nick Nurse s’ajuste, sort un cinq FVV-OG-Siakam-Boucher-Baynes. Et grâce à un VanVleet en mode « jeune papa » qui rentre absolument tout, les Raptors terminent le quart-temps sur un 20-2 pour prendre le lead. Mais Toronto offre trop de points aux Sixers sur pertes de balles ou sur lancer francs. C’est donc Philadelphie qui mène à la pause. L’écart grimpe dans le troisième quart-temps avant que Fred VanVleet et Chris Boucher se mettent à aligner les 3 points pour permettre à Toronto de revenir à hauteur de Philadelphie qui ne parvient pas à se détacher malgré des points faciles en transition. C’est dans le dernier quart-temps que Toronto réussir à priver les Sixers de panier pendant plus de six minutes tout en profitant du shoot de Boucher et des ouvertures dans la peinture adverse. Les Raptors s’imposent et accèdent au bilan positif pour la première fois de la saison.

Philadelphie 76ers @ Toronto Raptors : 109-102

Toujours privé de Kyle Lowry, Nick Nurse reconduit son cinq de départ small ball qui avait eu du mal au dernier match. Sans surprise, l’histoire se répète dans le premier quart-temps. Si la défense sur Embiid est sérieuse, c’est Korkmaz qui poignarde les Raptors à distance et permet à Philly de dérouler. Toronto limite la casse grâce à la bonne entrée en jeu d’Aron Baynes (oui oui). Menés de plus de vingt points dans le second quart, les Raptors ne rentrent aux vestiaires qu’à -13. Malheureusement, la seconde période n’est guère meilleure pour Toronto. Philadelphie maintien son avance en profitant de son adresse à trois points qui lui permet de vivre même avec un Joël Embiid limité à 18 points dont 11 sur lancers francs. Toronto s’accroche tout de même et revient à plusieurs reprises à seulement deux possessions mais les Sixers trouvent toujours le moyen de s’en sortir. Il est tout de même bon de noter la hargne dont on fait preuve les Raptors en augmentant l’agressivité de leur défense et en forçant Philly à prendre soin des dernières possessions. Trop court hélas.

Toronto Raptors @ Miami Heat : 108-116

Toronto démarre plutôt correctement ce match, du moins offensivement. Kyle Lowry est efficace pour son retour, et même quand l’horloge est courte suite à une bonne défense du Heat, on peut compter sur FVV pour envoyer une bombe improbable du parking. Mais défensivement, les Raptors se font prendre dans leur dos à plusieurs reprises et le Heat arrive trop facilement sur la ligne des lancers. Toronto mène la danse, mais l’écart est faible, et quand Jimmy Butler décide de sortir de sa boîte, Miami déroule. Interceptions, contres, fautes provoquées, le Heat repasse devant et se détache pour mener de quinze points dans le second quart-temps. Toronto manque d’énergie et de clairvoyance pour ce match en back-to-back. L’écart de dix points en faveur des locaux à la pause n’est pas cher payé. Au retour des vestiaires, les Raptors réalisent un run de 10-0 pour revenir à hauteur. Kyle Lowry prend les choses en mains, bien soutenu par OG Anunoby. Mais Nick Nurse est contraint de piocher loin dans son roster, donnant de longues minutes à Thomas, McCaw et Davis. Miami gère son match et même si Toronto ne lâche pas, on ne le sens pas vraiment en mesure de s’imposer. Pascal Siakam n’y arrive pas et Kyle Lowry est trop seul pour lutter. Même si les Raptors s’accrochent encore et reviennent à deux possessions à trois minutes de la fin, Jimmy Butler, relativement discret visuellement parlant, mais terriblement efficace, termine le travail de chaque côté du terrain. Miami s’impose d’un écart relativement faible, mais sans vraiment avoir été mis en difficulté.

Houston Rockets @ Toronto Raptors :111-122

Match particulier pour les Raptors qui, après avoir été plutôt épargné par les perturbations liées au Covid, mis à part leur saison à Tampa Bay, doivent faire sans Pascal Siakam, Nick Nurse et cinq autres membres du coaching staff, tous absents en raison du protocole sanitaire. Sergio Scariolo prend donc les rênes de l’équipe et aligne un cinq de départ composé de Lowry-FVV-Powell-OG-Boucher. Le début de match est compliqué, notamment pour OG qui est vite limité par deux fautes. Houston profite d’un trou offensif des Raptors de plus de trois minutes pour prendre le lead sur un run de 11-0. Mais Toronto réagit et revient à seulement un point après le premier quart-temps. C’est grâce à une adresse retrouvée, notamment par Kyle Lowry à distance que les Raptors repassent devant. Toronto reprend confiance et gère ses possessions avec calme et sérénité pour prendre jusqu’à quinze points d’avance. Les dernières minutes de la mi-temps tournent à l’avantage des Rockets qui reviennent à seulement huit points à la pause. Mais Toronto va facilement reprendre le large en seconde période grâce à Kyle Lowry, Fred VanVleet et Norman Powell qui vont passer un 16-4 à Houston. Malgré un retour à deux possessions dans le dernier quart-temps, Toronto s’impose avec sérieux et accrochent de nouveau les 50% de victoire et le Top 4 à l’Est.

Detroit Pistons @ Toronto Raptors :129-105

Bon alors jouer sans Siakam et sans Nurse ok ça passe. Le niveau supérieur, c’est un back-to-back Detroit Boston sans Siakam, VanVleet, Anunoby, Flynn, McCaw Nick Nurse et les autres membres du staff. Après avoir vu leur match contre Chicago reporté, Toronto s’est vu rajouté un back-to-back horrible de la part de la NBA. Le match démarre pourtant plutôt bien pour Toronto qui défend bien et attaque efficacement grâce à un bon début d match de Baynes, Lowry et Powell. Puis Detroit a décidé de shooter à 8/10 de loin et de profiter des erreurs défensives des Raptors. Toronto tient le choc pendant un temps, profitant d’une petite avance créée pendant les premières minutes de la rencontre, mais finit par lâcher. Quand la 24ème attaque de la ligue vous en plante 43 dans le premier quart, ça ne sent pas très bon. Alors oui, on pourrait penser que l’adresse insolente des Pistons va redescendre, ou que les Raptors, comprenant qu’ils se font détruire de loin, ajustent leur défense. Spoiler alert : NOPE ! Detroit joue plus dur, plus vite, et augmente son avance quand Toronto a de grandes difficultés à scorer. Pire, à chaque fois que les Raptors tente de se rapprocher et reviennent à moins de dix points, Detroit accélère de nouveau et s’échappe. Seulement quatre Raptors ont réussi à scorer dans le jeu en première mi-temps. Effectivement avec trois starters en moins, ça complique les choses. Toronto craque petit à petit, et même si Kyle Lowry se démène, les Raptors sont menés de dix-huit points avant les douze dernières minutes. Malheureusement, malgré ‘agressivité de Kyle Lowry, Toronto s’incline avant de se rendre à Boston.

Toronto Raptors @ Boston Celtics :125-132

Dernier match de cette première moitié de saison régulière pour des Raptors toujours privés d’une partie de son roster et de son coaching staff pour ce back-to-back contre les Celtics de Boston qui ont retrouvé du rythme. Le premier quart-temps est plutôt équilibré et les deux équipes se rendent coups pour coups mais Toronto, à la faveur d’un banc légèrement plus impliqués, et d’une défense sensiblement plus efficace, compte une possession d’avance après le premier quart-temps. Le collectif de Boston est efficace et Williams et Pritchard font mal en seconde chance. Mais Toronto reste dans le rythme malgré les difficultés de Kyle Lowry, qui terminera tout de même en égalant le record de passes décisives sur un match pour un Raptor. Norman Powell et Terrence Davis notamment, maintiennent les Raptors à +4 à la pause. Malheureusement Toronto est frustré et manque d’énergie. De trop nombreuses pertes de balle et de points au rebonds offensif accordés aux Celtics et voilà les Raptors à -9. Boston gère le dernier quart-temps jusqu’au retour à une possession des Raptors avec 2 minutes 45 sur l’horloge. Mais encore une fois, l’absence de joueurs clés dans l’attaque des Raptors associé au talent de l’effectif de Boston va empêcher Toronto de repartir avec la victoire. La frustration est évidente, même si elle est plus liée à la défaite contre Detroit.

Bilan de la saison : 17-19 – 8ème à l’Est

Joueurs en forme :

OG Anunoby :

Oh que ça fait du bien de le revoir sur le parquet ! Défensivement, il est toujours aussi important. Son retour face aux Bucks à énormément aidé son équipe. Il prend de plus en plus confiance en son jeu offensif, et ce n’est que du positif pour lui.

Norman Powell:

La blessure de Kyle Lowry et la décision de Nick Nurse de démarrer avec un cinq très petit a permis à Norman Powell de rester starter malgré le retour d’OG Anunoby. Et c’est pour notre plus grand bonheur que Norm’ a su maintenir son niveau de contribution même face à des adversaires très compliqués. Les postes extérieurs sont bien gardés à Toronto !

Joueur en difficultés :

Matt Thomas :

On le voit très peu sur le parquet il faut le reconnaître, la faute à une très belle rotation extérieure (les minutes sont chères entre Lowry, FVV, Powell, Bembry et Jonhson). Néanmoins, il a sans doute la capacité de concurrencer Terrence Davis au vu de ce que les deux joueurs montrent jusque-là. Même les deux « matchs Covid » ne lui ont pas permis de se montrer plus que ça. On attend un peu plus de notre sniper sur ses passages.

Aron Baynes :

Il n’est même plus titulaire face aux gros pivots comme Joël Embiid ou Karl-Anthony Towns. Si ça ce n’est pas un signe. En revanche, son statut de remplaçant pourrait ne pas s’avérer aussi triste que prévu. Si Chris Boucher, qui a pris la place de l’australien dans le cinq, semble réussir son intégration, Baynes retrouve une certaine confiance en sortie de banc. Mieux, la rotation Boucher-Baynes, sur un tout petit échantillon évidemment, fonctionne mieux que prévu. Affaire à suivre.

Joueur de la semaine : Fred VanVleet

C’est simple : sur tous les matchs des Raptors cette semaine, les moments forts se sont joués avec Fred VanVleet à la baguette. Alors oui on sait, ses stats sont meilleures quand Lowry n’est pas sur le parquet. Mais en plus de ça, sa défense a encore franchi un cap. Ses interceptions sont toutes spectaculaires (demandez à Giannis) et sa posture de leader ne fait même plus débat. C’est trop court pour être All Star cette année, mais pour justifier son contrat, jusque là on est dans les temps !

Calendrier à venir :

Le début de la seconde partie de la saison régulière est plutôt clément, il faut capitaliser. Les Hawks d’Atlanta viendront à Tampa, avant que les Raptors ne se rendent à Charlotte, à Chicago, et à Detroit. Il faut absolument raccrocher très vite avec le wagon Top 4, en prévision d’un calendrier plus compliqué à venir.   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.