One Week in Ontario #10: Le tank est de sortie !

Toronto Raptors @ Cleveland Cavaliers: 105-116

Englués dans une très mauvaise série, les Raptors ont à cœur de réagir à Cleveland. La défense répond présent maintenant que le roster est au complet. Mais offensivement, c’est toujours aussi compliqué. Malgré les cinq pertes de balles provoquées, les transitions de Toronto ne sont pas conclues et l’écart peine à grandir. On peut noter l’entrée intéressante d’Aron Baynes, resté sur le banc au coup d’envoi, qui apporte de l’énergie et du rebond (comme quoi c’est possible). Malgré ces difficultés offensive, Toronto fait la course en tête grâce à une défense sérieuse notamment sur les lignes arrières. Mais Cleveland prend petit à petit l’ascendant grâce à une bonne adresse à trois points (la spécialité de toute la ligue face à Toronto cette année). Norman Powell porte l’équipe offensivement. Il est probablement le seul à être constant dans ses actions. Toronto est derrière à la pause, mais il ne manque pas grand-chose. Au retour des vestiaires, Sexton, qui s’était opposé de façon assez virulente à Norman Powell après le buzzer, sonne le glas des espoirs des Raptors. 12-0 encaissé et Toronto est amorphe. L’écart va stagner aux environs des quinze points, et même quand les Raptors reviennent à deux possessions en toute fin de match, ce qui devient une habitude, à vous de voir si elle est positive ou non, il est déjà trop tard. 8ème défaite consécutive, et une frustration de plus en plus évidente à tous les étages de l’équipe.

Toronto Raptors @ Houston Rockets: 99-117

Anunoby mis au repos pour ce second match de back-to-back, c’est Stanley Johnson qui prend sa place dans le cinq avec Nick Nurse qui poursuit sa stratégie de cinq small ball avec Siakam au poste de pivot. Face à des Rockets encore plus en difficultés que Toronto (20 défaites de rang), le début de match commence relativement bien avec des Raptors qui profitent de points faciles en transition pour créer le premier écart du match. Houston va recoller et reprendre le lead notamment grâce à l’adresse longue distance de Sterling Borwn (3/3 de loin et 13 des 15 premiers points de son équipe). Les Raptors sont sur courant alternatif, Aron Baynes retombe dans ses travers et le match reste très équilibré. Le retour de Norman Powell sur le parquet fait du bien, comme souvent ces derniers temps. Il provoque et va chercher des lancers qui remettent Toronto à l’endroit quand l’écart devient trop important. Même comme ça, Toronto reste derrière la plupart du temps. Heureusement, Houston ne semble pas vraiment motivé à se détacher durant cette première période et l’écart oscille entre une et deux possessions. La seconde mi-temps démarre moins bien pour Toronto qui alterne entre les trois points à outrance en attaque sans succès évidemment, et une défense beaucoup trop laxiste au rebond. L’écart atteint les treize points en faveur des Rockets avant que les Raptors ne se reprennent. Chris Boucher sonne la révolte et Bembry se révèle bien plus efficace en attaque que Stanley Johnson. Toronto n’est qu’à -2 à l’entame du dernier quart-temps. Arrive le tournant de cette fin de match : Bembry, très frustré de ne pas obtenir des lancers sur un contact à la tête qui semblait pourtant évident, se retrouve exclu directement, probablement pour avoir prononcés de mauvais mots à l’encontre de l’arbitre. Toronto se retrouve de nouveau à plus de dix points de retard et se remet à aligner les briques de loin. Fin de série oui, mais pour Houston.

Denver Nuggets @ Toronto Raptors :111-135

En veille de trade deadline, et alors que les rumeurs sont absolument partout concernant des transferts de Kyle Lowry et/ou Norman Powell, les Raptors sont de retour à Tampa Bay pour la réception des Nuggets. C’est dans ce contexte « extrasportif », auquel il faut ajouter les nouvelles de l’altercation entre Pascal Siakam et Nick Nurse en sortie de défaite à Cleveland qui sont sorties dans la presse les jours précédents, que Toronto tente une nouvelle fois de mettre fin à cette affreuse série de défaites. Les Raptors ont donc la bonne idée de commencer le match par un superbe 5/5 à trois points pour rapidement prendre plus de dix points d’avance. Côté Denver, Nikola Jokic est plutôt bien défendu par OG Anunoby et c’est surtout Jamal Murray qui porte son équipe. Denver se rapproche au milieu du quart-temps, mais Nick Nurse réagit immédiatement et en sortie de temps mort, Toronto s’éloigne de nouveau. La présence d’OG Anunoby, absent à Houston on le rappelle, fait énormément de bien aux Raptors. Défensivement, sa polyvalence et son énergie pose problème à Denver. Offensivement, il est en réussite et contribue au bon début de match de son équipe. Dans son sillage et bien aidés par une adresse indécente (59% à trois points), Toronto déroule ce qui est probablement son meilleur basket de la saison et mène de dix-huit points à la pause. Les Raptors reviennent avec les mêmes intentions en seconde période. OG Anunoby se met à prendre de plus en plus de responsabilités offensives et Kyle Lowry, qui n’avait pas scoré en première mi-temps, chauffe tout doucement. Résultat, quand Denver réalise un run pour réduire un peu l’écart, les Raptors accélèrent, interceptent et font circuler le ballon pour trouver les shoots ouverts. Et même quand le shoot est extrêmement contesté en fin d’horloge, on peut toujours sans remettre à Fred VanVleet pour envoyer un shoot improbable. Toronto lâche encore des points sur rebonds offensifs aux Nuggets, mais restent en tête après trois quart-temps. Denver va très vite abdiquer dans cette rencontre, achevé par le fabuleux 3 sur 4 à trois points de Paul Watson Jr. A ce moment, on ignore encore s’il s’agissait là du dernier match de Kyle Lowry et/ou Norman Powell sous le maillot des Raptors, mais on peut être certain d’une chose : cette équipe méritait bien mieux que cette saison.

Phoenix Suns @ Toronto Raptors : 104-100

Lendemain de trade deadline oblige, petite revue de l’effectif disponible pour cette rencontre. Norman Powell, après avoir passé six saisons à Toronto a été envoyé aux Blazers de Portland en échange de Gary Trent Junior, qui prend sa place dans le cinq de départ du soir, et Rodney Hood. Kyle Lowry lui, n’a finalement pas été transféré à la deadline (au plus grand soulagement de la rédaction) et est bel et bien présent dans le roster jusqu’à la fin de la saison et son entrée sur le marché des agents libres. Matt Thomas et Terrence Davis ont eux aussi été transférés respectivement au Utah Jazz et aux Sacramento Kings contre des seconds tours de draft. Il faut également notés les indisponibilités pour une durée encore indéterminée de DeAndre Bembry et Paul Watson Jr, rattrapé par le protocole Covid. Dernière ligne droite de cette saison pour les Raptors qui se doivent de réagir rapidement s’ils espèrent accrocher un spot de playoff. Avec toutes ces modifications, il y avait forcément beaucoup d’inconnues. Il faut reconnaître que le début de match est plutôt encourageant. La défense du duo OG-Siakam sur Ayton est efficace et ce même duo contribue aussi offensivement. Mais les Suns sont intelligents. Plus le match avance, plus les Suns trouvent les moyens de contourner la défense des Raptors, et plus les offensives de Toronto deviennent brouillonnes et difficiles. Pour autant, Toronto n’est qu’à deux points de retard à la pause. Toronto craque malheureusement à force de se faire pilonner dans la raquette. Ayton se balade dans la peinture malgré les efforts d’OG et de Siakam. L’écart monte à quatorze points dans le troisième quart, avant de redescendre à deux possessions quand Ayton et Chris Paul sortent. A leur retour sur le parquet, Phoenix reprend le large. Pourtant Toronto ne lâche pas totalement, s’accroche et revient à deux points avec deux minutes à jouer. L’effort défensif est là mais l’absence de rebondeur tue les Raptors sur la dernière possession. L’excellente défense d’OG Anunoby sur Booker est anéantie par le rebond offensif de Mikal Bridges. Temps mort Suns, faute sur Booker, 2/2 aux lancers. Toronto a désespérément besoin d’un pivot.

Portland Trail Blazers @ Toronto Raptors: 122-117

C’est sans Kyle Lowry que les Raptors retrouvent Norman Powell récemment tradé aux Blazers. Nick Nurse retourne sur un cinq plus « classique » avec Baynes en pivot et Gary Trent Jr. aux cotés de Fred VanVleet sur les postes arrières. Toronto affiche une bonne agressivité, dans la continuité du match précédent. Siakam obtient des lancers, OG continue de prendre des responsabilités en attaque, et le travail défensif sur Lillard et McCollum porte ses fruits. En face, Norman Powell est limité par deux fautes rapides, mais on sent que son apport sur le jeu de Portland peut être considérable. Toronto joue un basket sérieux et quand les Blazers se rapprochent en fin de second quart-temps, de grosses actions défensives et des transitions bien menées permettent aux Raptors de conserver six points d’avance à la pause. Malheureusement, si Toronto parvient à maintenir son avance en début de troisième quart-temps, il suffira de six minutes aux Blazers pour retourner un match qui tendait les bras aux Raptors. Six minutes durant lesquelles Portland passent un 14-2 à son adversaire en profitant d’une extinction totale de l’attaque de Toronto. Même si les hommes de Nick Nurse n’abdiquent pas, le mal est fait et la victoire n’échappera pas aux Blazers.

Toronto Raptors @ Detroit Pistons: 104-118

Kyle Lowry de retour, Nick Nurse reconduit son cinq small ball avec Pascal Siakam en pivot pour affronter Detroit. Gary Trent Jr. démarre très bien la rencontre avec deux tirs de loin qui permettent aux Raptors de résister à l’adresse longue distance des Pistons. Même si Toronto ne fait pas forcément un mauvais quart-temps offensivement, la défense est trop laxiste, et Detroit prend confiance. Du coup, tu galères offensivement car tu as de moins en moins droit à l’erreur. Le second quart-temps est un supplice. Aucune efficacité, aucune intensité en défense, des regards fuyants, des calls douteux et un banc non productif au possible et voila Detroit avec une vingtaine de points d’avance. Toronto lâche l’affaire très tôt dans cette rencontre, et le blow out est inévitable. Difficile de se dire que c’est cette même équipe qui a tenu les Suns jusqu’à la dernière possession et forcer les Blazers à profiter d’un trou d’air de plus de six minutes. Absolument tout à oublier sur ce match.

Toronto Raptors @ Oklahoma City Thunder: 103-113

Kyle Lowry absent pour 7 à 10 jours selon Nick Nurse, les Raptors ne sont pas près de se retrouver au complet. Dans cette période si compliquée, cela sera déjà une petite victoire. Pour affronter le Thunder, également privés de plusieurs joueurs majeurs, Aron Baynes est de retour dans le cinq de départ. Les Raptors démarrent discrètement la rencontre puis accélèrent au milieu du premier quart-temps pour prendre jusqu’à quatorze points d’avance. Pascal Siakam provoque des lancers, Gary Trent Jr. trouve son rythme et s’intègre de mieux en mieux à l’attaque de Toronto, VanVleet organise tout ça avec plus ou moins de réussite mais ça tourne à peu près. Et puis comme par magie les Raptors encaissent un 15-3, se retrouvent à seulement +2 avec Siakam et Baynes à deux fautes et sur ce passage, Nick Nurse ne prend aucun temps mort pour essayer de contrer le retour du Thunder. On commence à connaître la chanson. Néanmoins, Toronto fait toujours la course en tête. Notamment grâce à Gary Trent Jr. qui inscrit vingt points en première mi-temps et change radicalement le visage offensif de l’équipe dès qu’il pose un pied sur le terrain. Malgré les problèmes au rebond, malgré des possessions très bizarrement gérée, les Raptors comptent huit points d’avance à la pause. Arrive le fameux troisième quart-temps qui a fait tant de mal aux Raptors cette saison. OKC réalise son run, reprend le lead et l’ascendant moral. Aron Bayne ne fait que démontrer son inutilité au contraire de Gary Trent Jr. qui devient plus important pour l’équipe de minutes en minutes. Après avoir inscrit les lancers pour ramener Toronto à une possession, il va réaliser l’interception sur la remise en jeu et planter un trois points au buzzer pour repasser devant. C’est finalement le quatrième quart qui pénalise le plus les Raptors. Aucune intelligence en attaque (coucou Stanley Johnson), une défense qui ressemble plus à un camp de vacances et qui même quand la défense sur l’homme est bonne, se fait punir par des shoots improbables (coucou Yuta Watanabe). Heureusement, Gary Trent Jr. est là pour claquer son career high et maintenir l’équipe à portée de tir. On se demande presque laquelle des deux équipes veut le plus gagner ce match. Visiblement c’était OKC, qui fait ce qu’il faut et profite de trente points offerts par les Raptors suite à des rebonds offensifs. Il y a eu un vrai changement dans l’attitude par rapport au match à Detroit, mais ce n’est clairement pas suffisant.

Bilan de la saison : 18-30 – 11ème à l’Est

Compte rendu collectif :

Les Raptors sont sur des montagnes russes. En pleine semaine de trade deadline et avec des rumeurs sur plusieurs joueurs importants du roster, ils commencent par s’imposer contre Denver dans un match où tout semblait fonctionner correctement. Puis, il y a eu le match contre Phoenix où le manque cruel de pivot décent a été fatal. La réception de Portland ensuite avec le « retour » de Norman Powell quelques jours seulement après son transfert. Bien dans le match pendant deux quart-temps et demie, les Raptors se sont effondrés en six minutes pour lâcher la victoire. Et enfin il y eu la purge à Detroit, et la lassitude extrême à OKC. Pas d’énergie ni de motivation, le moral est au plus bas à Toronto. La saison promet d’être longue. Ou pas. Enfin vous m’avez compris.

Calendrier à venir :

Retour à Tampa Bay pour quatre matchs consécutifs. Il y aura d’abord la réception des Warriors, toujours en course pour les playoffs. Ensuite viendront les Wizards de Washington, concurrents directs à la loterie. La semaine se terminera ensuite par les réceptions des Lakers et des Bulls. Aucun objectif pour cette fin de saison, si ce n’est la loterie qui pourrait déterminer beaucoup de notre intersaison.   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.