One Week in Ontario #11: A la recherche d’un pivot à la draft ?

Golden State Warriors @ Toronto Raptors: 77-130

Après un mois de mars absolument catastrophique, les Raptors entament le mois d’avril par une série de match à Tampa. Le premier se joue face aux Warriors privés de Stephen Curry et Draymond Green alors que Toronto évoluera toujours sans Kyle Lowry, blessé au pied, Rodney Hood, à la cheville, Patrick McCaw, au genou, et Paul Watson Jr. pris dans le protocole Covid. Le début de match est intéressant pour les Raptors offensivement. Siakam attaque le cercle avec réussite, OG envoie des feintes du futur et Gary Trent Jr. est efficace. En face, comme attendu, c’est Andrew Wiggins qui représente la plus grande menace et il se met rapidement en évidence pour maintenir les Warriors à portée de tir. C’est dans le second quart-temps et alors que Boucher, VanVleet et Anunoby sont tous les trois sur le banc, que Toronto intensifie sa défense et inflige un 18-1 aux Warriors pour prendre le large. Alors que Golden State commence à tenter un retour, Nick Nurse prend un temps mort bien senti et relance VanVleet et Boucher pour terminer la mi-temps. +20 à la pause et une impression que le collectif de Toronto tourne trop bien sur ce match pour un Andrew Wiggins bien trop seul malgré ces 15 points à 100% de réussite après deux quart-temps. Au retour des vestiaires, Toronto défend avec sérieux et augmente de nouveau son avance qui atteint les trente points (nouveau season high). On ne crie pas victoire trop vite, traumatisés par les disparitions soudaines du niveau de jeu des Raptors ; Et pourtant, ce troisième quart-temps est une boucherie sans nom. Les Warriors sont muselés et bien trop faibles pour réagir. Rappelons qu’ils sont en back-to-back. Toronto déroule en attaque et tout le monde contribue. Siakam, OG, Trent Jr. Si la blessure de Fred VanVleet, qui rejoint les vestiaires dans ce troisième quart-temps, n’est pas trop grave, elle aura même l’avantage de permettre à Malachi Flynn de bénéficier de nombreuses minutes qui lui sont précieuses pour progresser. Avec une avance très confortable de cinquante deux points avant le dernier quart-temps, Nick Nurse peut faire tourner et donner du temps de jeu à des joueurs comme Yuta Watanabe qui n’a pas beaucoup joué ces derniers temps, ou DeAndre Bembry tenu éloigné des parquets par le protocole Covid. Toronto gère et engrange une victoire qui fait du bien au moral des joueurs et des fans. En espérant que cela ne soit pas trop tard.

Washington Wizards @ Toronto Raptors: 101-103

Privé de Fred VanVleet, Nick Nurse doit composer un nouveau cinq majeur sans réel meneur cette fois (malgré la disponibilité de Malachi Flynn sur le banc). Bembry, Gary Trent Jr, OG Anunoby, Pascal Siakam et Chris Boucher débutent donc cette rencontre sans grande réussite malheureusement et encaissent un 12-0 par les Wizards qui profitent d’une adresse abominable des Raptors (0/8 sur les quatre premières du match). Pascal Siakam permet à Toronto de revenir un peu mais la défense est encore trop laxiste. Même quand elle step up, le shoot est improbable (coucou Ish Smith). La fin du quart-temps est une catastrophe avec un Pascal Siakam qui fonce dans les défenseurs sans obtenir de lancer, dans le repli défensif, sans aucune pression, Gary Trent Jr. glisse et retourne sur le banc en boîtant, et Pascal Siakam, après le buzzer, est sanctionné d’une faute technique pour avoir protesté auprès de l’arbitre… Les idées de tanking ne sont vraiment jamais loin… Toronto recolle petit à petit et repasse même devant dans le second quart-temps grâce notamment à de très bonnes minutes de Malachi Flynn qui confirme qu’il a un vrai potentiel des deux côtés du terrain une fois qu’il aura acquis un peu plus d’expérience et d’entente avec ses coéquipiers. Mais côté Wizards, Westbrook est bien trop intelligent et profite de chaque espace pour trouver ses coéquipiers démarqués de loin pour sanctionner. Washington repasse devant assez largement à la pause. Le début de seconde mi-temps est en faveur des Wizards qui profitent des largesses défensives de Toronto (comme laisser ouverts des shooteurs tels que Bertans ou Mathews) pour compter rapidement près de vingt points d’écart. Encore une fois, Toronto se rapproche en mettant plus de vitesse et de mouvements dans ces attaques, mais il y a encore beaucoup trop de shoots ouverts pour les Wizards et le rebond est également défavorable aux Raptors qui laissent trop de secondes chances à leur adversaire. C’est dans le dernier quart-temps que Toronto fait le run (16-2) pour repasser devant grâce notamment à une très belle gestion de la mène par le duo Bembry-Flynn pour faire tourner l’attaque. Dans le même temps, il faut aussi noter que Russel Westbrook croque allègrement la feuille de match malgré son triple-double en envoyant plusieurs briques consécutives malgré beaucoup de temps restant sur la possession. Le retour du tanking en fin de match pour les Wizards ? Qui sait. Toujours est-il que dans cette fin de match assez étrange, c’est Toronto qui va s’en sortir grâce à Gary Trent Jr. qui va répondre au trois points de Westbrook pour permettre aux Raptors de s’imposer au buzzer. Enfin une victoire dans le clutch, enfin une série de DEUX victoires consécutives, on profite parce que ça pourrait ne pas durer.

Los Angeles Lakers @ Toronto Raptors : 110-101

Nouveau back-to-back pour les Raptors avec la venue à Tampa Bay des tenants du titre angelinos. Toujours sans LeBron et sans Anthony Davis, les Lakers cherchent à ne pas trop descendre dans la conférence Ouest. Quoi de mieux pour eux que de jouer les Raptors en back-to-back ? Toujours décimés par les absents (seulement 9 joueurs sur la feuille à l’entre-deux), les hommes de Nick Nurse vont encore vivre un match compliqué. Les Lakers démarrent très bien la rencontre avec un superbe 8/7 à trois points ce qui leur permet de prendre rapidement les devants. Alors que l’écart était de quatorze points, OG Anunoby lance une contre-attaque et part au lay-up. Dennis Schroder fait immédiatement faute de façon spectaculaire, pour le forcer à inscrire ses points sur la ligne. OG fait l’erreur de rester au contact de Schroder qui ne se prive pas de déclencher une altercation, très vite rejoint par Montrezl Harrell. Après visionnage vidéo, OG Anunoby et Montrezl Harrell sont expulsés. Déjà privés de la moitié de leur effectif, les Raptors ne peuvent rien faire face à la réussite insolente des Lakers. La victoire de L.A. ne souffre d’aucune contestation possible, et le faible écart du score final est plutôt flatteur pour Toronto.

Chicago Bulls @ Toronto Raptors : 122-113

Toronto accueille Chicago avec seulement huit joueurs disponibles pour jouer. La nouvelle des suspensions de Bembry (effective ce jour-là) et VanVleet (qui aura lieu à son retour de blessure) est tombée, et ce match ressemble à une dernière chance de se lancer dans une fin de saison à enjeu. Mais Chicago s’est renforcé et même si Vucevic ne fait pas vraiment partie des joueurs en réussite face aux Raptors, il combine avec Zach LaVine quinze des dix-neuf premiers points des Bulls pour leur offrir rapidement une avance de +16. Toronto traverse ensuite son traditionnel passage à vide en loupant dix tirs consécutifs en fin de première mi-temps et laisse Chicago augmenter son avance. Les Raptors mener par un Chris Boucher en grande forme (38 points et 19 rebonds) réussissent à revenir à 3 possessions mais Chicago met le couvercle pour assurer une troisième victoire d’affilée. Toronto se retrouve à deux victoires de ces mêmes Bulls pour la dernière place qualificative pour le play-in tournament, mais avec un match en plus pour les Raptors. Avec seulement 20 rencontres restantes, difficile de croire à un retour possible pour Toronto qui se lance désormais dans une course au meilleur pick à la draft.

Bilan de la saison : 20-32 – 11ème à l’Est

Compte rendu collectif :

« Les Raptors sont sur des montagnes russes ». Voilà ce que j’ai écrit lors du dernier épisode. Comment vous dire… Rien n’a changé. Capables de détruire les Warriors et de faire oublier le temps d’une soirée toutes les difficultés de cette saison, ils sont aussi largement décimés par les absences depuis des semaines et incapables de rivaliser avec des effectifs mieux construits, plus en confiance, et souvent il faut le dire, plus en réussite. Il reste 20 matchs à jouer avant la fin de la saison régulière. La question maintenant est de savoir ce qui est préférable pour l’avenir des Raptors : Se battre pour essayer d’accrocher un spot au play-in tournament, et se faire probablement éliminer très vite de la post-season, quitte à se trouver moins bien placé à la draft, ou laisser filer cette saison mal embarquée avant même d’avoir démarrer et espérer un pick dans le top 5 mais prendre le risque de voir ces espoirs réduits à néant dès la lottery ?

Calendrier à venir :

Adversaire direct au tanking en vue ! Déplacement à Cleveland, 12ème à l’Est avec une seule victoire de moins que Toronto, puis à New-York, où les Knicks cherchent à rester dans le top 6. Ensuite, Toronto retournera à Tampa Bay pour recevoir consécutivement les Hawks, les Spurs, le Magic et OKC. Elle est loin la saison du titre hein ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.